Gilets Jaunes : le bilan de la journée ville par ville

Selon le dernier bilan du Ministère de l'Intérieur : 282.110 manifestants ont participé aux différents blocages en France. On dénombre un mort, 227 blessés et 73 gardes à vue.

1
Partager

Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a redit « son respect pour les manifestants » dont beaucoup « ont eu une attitude bon enfant » lors d’un point presse avant de tenir des propos très durs sur les manifestations non-déclarées, là où se sont concentrés les incidents.

« Si je suis comme chaque membre du gouvernement attaché au droit de manifester, je suis encore plus attaché au respect du droit, des femmes et des hommes, qui ont été blessées, insultées. »

Une manifestante est décédée samedi matin en Savoie après avoir été heurtée par une voiture lors d’un barrage organisé par les « gilets jaunes » et 106 personnes ont été blessées dont cinq gravement au cours d’autres incidents, a indiqué le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner.

Le ministre a également annoncé que 244.000 personnes avaient participé à 2.000 rassemblements recensés dans tout le pays, au cours desquels 52 personnes ont été interpellées dont 38 placées en garde à vue.

Au Pont-de-Beauvoisin (Savoie), une conductrice qui emmenait sa fille chez le médecin a été prise de panique quand les manifestants se sont mis à taper sur sa voiture. Elle a alors foncé sur eux, percutant une femme, a précisé le ministre. La manifestante tuée était âgée de 63 ans. En état de choc, la conductrice a été placée en garde à vue. « Le droit à manifester est essentiel dans ce pays, il faut le protéger, mais il faut aussi faire en sorte que l’organisation minimale de la manifestation évite ce genre de drame », a déclaré Christophe Castaner.

A Quimper, deux policiers ont été blessés après avoir été volontairement heurtés par un véhicule qui prenait part à la manifestation des « gilets jaunes ». L’un des deux a dû être hospitalisé, a indiqué la préfecture.

A Brest, une manifestante a été « légèrement blessée après avoir été heurtée par un véhicule à un barrage filtrant », a précisé la préfecture. Un motard de la police, positionné à un carrefour dans le cadre de la sécurisation de la mobilisation des « gilets jaunes » à Strasbourg, a été hospitalisé après avoir été percuté par un véhicule vers 15H20, a-t-on appris auprès de la préfecture. Il souffre de plusieurs fractures.

Dans le Pas-de-Calais, à Arras, un manifestant de 71 ans a été percuté par un automobiliste qui a tenté de forcer un barrage au niveau d’un rond-point à l’entrée de la ville. Il a été hospitalisé dans un état grave mais son pronostic vital n’est pas engagé. « On m’indique aussi à Sélestat (Bas-Rhin) un accident avec des conséquences graves mais la victime n’est pas décédée », a ajouté Christophe Castaner, à l’issue d’une réunion en visioconférence avec tous les préfets.

La préfecture du Bas-Rhin a toutefois précisé que l’incident n’était « pas grave » et qualifié la blessure de « légère »: « une femme âgée de 45 ans a la cheville blessée et a été transportée à l’hôpital. C’est une voiture qui a roulé sur son pied ».

A Hazebrouck (Nord), aux alentours de 08H30, un conducteur « a été bloqué par des manifestants. Il s’est impatienté et a forcé le passage en montant sur le trottoir », a indiqué à l’AFP la préfecture du Nord, confirmant une information de La Voix du Nord. Deux manifestants ont été légèrement blessés et transportés vers le CHR d’Hazebrouck, a-t-on ajouté de même source. Le conducteur a été interpellé et conduit au commissariat.

Une manifestante a par ailleurs été renversée et »légèrement blessée » par un automobiliste en colère dans la commune de Capendu (Aude), entre Carcassonne et Narbonne, a indiqué à l’AFP la préfecture, ajoutant que l’automobiliste avait été interpellé.

A Cuers (Var), « un manifestant d?une cinquantaine d?années a été heurté » par un automobiliste « sur une manifestation non déclarée au niveau d’un rond-point de supermarché. L?homme a été blessé légèrement. L »auteur présumé a été interpellé », a indiqué la préfecture. Quatre personnes ont par ailleurs été blessées dans les départements de Gironde, Charente, Corrèze et Dordogne. A Biganos sur le bassin d’Arcachon (Gironde), la personne la plus sérieusement blessée, un « gilet jaune », a été percutée par une voiture au niveau du bassin et évacuée, a indiqué la préfecture de région sans plus de précisions.

A Grasse, dans les Alpes-Maritimes, un automobiliste a « tenté de forcer un barrage » sur un rond-point, renversant un policier qui a été « légèrement blessé », selon la préfecture. L’homme a été interpellé. Le policier « souffre de contusions légères », a précisé la même source.

A La Réunion, un automobiliste a tiré en l’air avec un pistolet d’alarme, provoquant un « moment de panique » samedi devant des « gilets jaunes » mobilisés dans l’île, où une vingtaine de barrages ont été recensés au total. L’homme « a été identifié et est actuellement recherché », a indiqué le ministre de l’Intérieur à Paris.

En Haute-Savoie, les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser des « gilets jaunes » qui bloquaient l’accès au viaduc des Egratz à Passy, a indiqué la préfecture.

A Charleville-Mézières, vers 16H00, un automobiliste a percuté deux manifestants en forçant un barrage, a indiqué à l’AFP la préfecture des Ardennes.

Deux « gilets jaunes », deux frères, ont été légèrement blessés et pris en charge par les secours. L?automobiliste n?a pas encore été interpellé, a ajouté la préfecture.

A Troyes (Aube), environ 200 manifestants se sont introduits vers 16H15 dans la cour et le hall de la préfecture « dans l’intention très claire d’en dégrader les locaux », selon un communiqué de la préfecture. Ils ont été refoulés par les forces de l’ordre.

« Une vitre a été brisée et le portail dégradé. Une manifestante a chuté de sa hauteur et a été prise en charge par les sapeurs pompiers », ajoute la préfecture. Une plainte a été déposée.

1 Commentaire

  1. Je suis un «  » bikèr en moto est allemande » »a Montreuil ((faut oser !!)) ancien delegue syndical je. Suis aux cotes des gilets jaunes depuis le début. A titre personnel je trouve scandaleux que les centrales syndicales ne soutiennent pas ce mouvement..mr Martinez patron de la CGT traite les gilets jaunes de «  » fachos » »mais les invite en même temps a manifester derrière lui le 1er décembre ‘
    Cherchez l erreur! Obélix en mz et mash 125

Laisser un commentaire

Ecrivez votre commentaire
Votre nom