PLAIDOYER POUR FAIRE ET NON SUBIR LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE
3 millions de motards,
3 millions de citoyens votants.
L’utilisateur d’un deux-roues motorisé et plus particulièrement le motard veut pouvoir modifier sa moto afin qu’elle soit personnalisée. Il veut effectuer les réparations nécessaires sans pénaliser son budget et dans le respect de la loi. Le motard est soucieux de sa sécurité et de la protection de l’environnement.
Afin de démontrer par l’exemple l’absurdité de la situation actuelle, nous prenons l’exemple des éclairages à LED.
La fabrication des lampes à incandescence à usage domestique est interdite en raison du caractère énergivore et de l’impact environnemental.
Eh bien dans le domaine de la moto, contre toute logique, il est interdit de modifier un éclairage à filament par un éclairage à LED. Ce dernier améliore pourtant nettement la sécurité et est plus respectueux des normes environnementales.
Autre exemple significatif, la conversion à l’éthanol n’est pas prévue dans les textes pour les deux-roues motorisés. Une prise de conscience rapide de nos instituions permettrait une amélioration de l’impact environnemental à très court terme.
Or, cette technologie plus vertueuse pour l’environnement est au point depuis de nombreuse années pour les deux-roues. Le contexte géo politique et économique conduit de nombreux bikers à installer des boitiers de conversion.
Il en résulte que nombre de motards sont aujourd’hui en infraction alors qu’ils rendent plus écologique l’utilisation de leur véhicule.
Une modification des textes permettrait aux motards et bikers de faire réaliser par un professionnel les modifications désirées, dans la limite où elles ne mettent pas en péril la sécurité de ces derniers ni celle des autres usagers de la route.
Il est évident que l’impact sera également important pour faire valoriser le travail de tous les acteurs et artisans de la Custom Culture. Défendre le savoir-faire français, c’est aussi défendre notre patrimoine artisanal.
Les créations d’emploi dans ce secteur d’activité générées par une évolution des textes ne sont pas à négliger.
Nous vous demandons également que toutes les pièces homologuées aux normes CE provenant de la filière indépendante des pièces de rechange soient autorisées.
Cela permettra de favoriser la baisse des coûts pour les consommateurs sans qu’ils n’aient besoin de recourir à l’achat sur des sites hors Europe qui foisonnent de pièces de contrefaçons.
Outre les conséquences économiques et environnementales, cela représente un risque de défaillances graves pouvant mettre en danger son utilisateur ainsi que les autres usagers de la route.
Ces changements de la législation française permettront l’essor de l’artisanat grâce à la vente dans notre pays de motos créées et modifiées par des artisans Français, dans le respect de la législation Européenne relative à la libre circulation et à l’utilisation des pièces homologuées aux normes CE.
Les dispositions prévoyants l’utilisation des pièces issues de filière indépendante des pièces de rechange homologuées aux normes CE ont déjà été confirmées par plusieurs tribunaux européens.
Il est grand temps d’harmoniser les décisions européennes et d’appliquer la même réglementation en France au nom du principe de subsidiarité.
Les bikers et les motards sont comme tout le monde : ils rêvent d’une planète propre.
Dans le cadre de la Loi Climat, le Gouvernement veut généraliser les ZFE à toutes les communes de plus de 150000 habitants : de son propre aveu, la moitié des Français ne pourra ainsi plus circuler ou rejoindre les villes en motos ou en voiture.
La mise en application des ZFE sans discernement va contraindre sévèrement les déplacements des Français avec leur véhicule personnel. Le Gouvernement légalise ainsi la fin programmée de nos motos et véhicules en totale contradiction avec l’article L-213-4-1 du Code de la consommation sur l’obsolescence programmée, mais aussi en contracdiction avec la loi n° 2020-105 du 10 février 2020 relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire.
On va demander à 70 % de citoyens de changer de véhicules en 3 ans. On voit bien l’absurdité de la mesure. La brutalité et la stupidité de cette disposition a déjà contraint la ville de Paris à reporter la mise en application au plus tôt à 2023.
On ne peut que déplorer la grande cacophonie et le cafouillage qui règnent sur les ZFE. Selon l’endroit où vous habitez en France, vous n’aurez pas la même liberté de circulation. Il s’agit d’une rupture du principe de l’Égalité, valeur inscrite sur le fronton de nos mairies et bâtiments républicains.
En attaquant devant la juridiction administrative l’arrêté de la métropole de Toulouse, nous démontrons l’absence de concertation objective des usagers concernés.
Nous voulons faire la transition écologique et pas la subir.
Dans un intérêt économique et écologique, il est urgent qu’un véritable dialogue s’instaure.
Notre fédération reste à la disposition de tous les responsables politiques pour argumenter de manière plus exhaustive les évolutions proposées.
N’attends plus et clique pour rejoindre la famille FBF dans son combat pour la sauvegarde de notre passion. 
Fédération des Bikers de France : Contact@federationdesbikersdefrance.fr

Categories:

Tags:

One response

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

© 2021 Federationdesbikersdefrance.fr | Réalisation IDJOB Web | Mentions Légales